création : 4 janvier 2017 - - dernière modification : 4 janvier 2017

Blason de Pompey permettant le retour à la page d'accueil

 

Les Pompéiens

ILS Y ONT TRAVAILLÉ

à la

Mine de fer de

Marbache

 

L'exploitation du minerai de fer commence en 1856 alors que la demande de concession, déposée en août 1856 par Frédéric Mansuy et divers industriels, n'est accordée que le 16 janvier 1858. La concession de Marbache expire en 1957. En 1956, une nouvelle mine de fer est mise en exploitation sur le territoire de Saizerais à quelques kilomètres de là. Les mineurs de Marbache sont transférés dans cette nouvelle mine où fonctionnent de gros engins mécaniques.

 

Mine de fer de Marbache

carte postale retouchée, cliquer dessus pour voir l'originale (Collection Jean-Luc GOURET)

 

. Vous avez travaillé dans cette entreprise, vous souhaitez figurer dans cet inventaire, ou vous pensez qu'un de vos proches aurait souhaité y être mentionné, vous pouvez en faire la demande à

postmaster@pompey-c-nous.com

..Merci de préciser: le nom, les prénoms, le(s) métiers exercé(s), la période de travail , et éventuellement une photographie de la personne.

 

Mineur, un travail à hauts risques

--- o -- o -- o---

 

pas de portrait
BRÉVOT Louis : il est né en 1870. Il est mineur demeurant à Pompey. Année d'activité connue : 1901.

............

pas de portrait
DURAND Claude : il est né en 1882. Il est mineur demeurant à Pompey. Année d'activité connue : 1901.

...........

pas de portrait
DURAND Philibert : il est né en 1875. Il est mineur demeurant à Pompey. Année d'activité connue : 1901.

 

pas de portrait
MASSON François : il est né en 1863 à Pompey où il demeure. Il est mineur. Année d'activité connue : 1921.

 

pas de portrait
NEGRI Jean : il est né en 1881 à Castelnard en Italie. Il est mineur et demeure à Pompey. Année d'activité connue : 1921.

 

pas de portrait
RÉVÉRAND Antoine : il est né en 1874 à Marbache. Il est mineur demeurant à Pompey. Année d'activité connue : 1901 et 1906.

 

pas de portrait
RÉVÉRAND Antoine : il est né en 1874 à Marbache. Il est mineur demeurant à Pompey. Année d'activité connue : 1901 et 1906.

 

pas de portrait
RÉVÉRAND Auguste : il est né en 1872 à Marbache. Il est mineur demeurant à Pompey. Année d'activité connue : 1901 et 1906.

pas de portrait
RÉVÉRAND Joseph : il est né en 1871. Il est mineur demeurant à Pompey. Année d'activité connue : 1901.

pas de portrait
WILMIN Eugène : il est né en 1865. Il est mineur demeurant à Pompey. Année d'activité connue : 1901.

--- o -- o -- o---

Mineur, un travail à hauts risques

Travailler dans la mine demandait certainement des qualités particulières. La poussière, le noir, l'exiguïté, les sons de la terre qui vit, la menace permanente de l'éboulement étaient l'univers quotidien de ces travailleurs, qui pour certains n'étaient encore que des enfants.

Voici une énumération d'articles de presse régionale relatant de sinistres moments qui pourra vous donner un aperçu de ce très dur métier.

..- La chute soudaine d'un énorme bloc de minerai, sous lequel il travaillait, vient d'occasionner la mort, à Pompey, d'un ouvrier du nom de Pinasse (Hippolyte), âgé de 33 ans, né à Commercy (Meuse) et domicilié à Dieulouard.
..Il y a quinze jours, à Marbache par suite d'un accident semblable, un jeune garçon de dix-sept ans, Edouard Masson, était horriblement mutilé et venait mourrir à l'hôpital Saint-Charles de Nancy.
(Le Journal de la Meurthe et des Vosges du mercredi 27 mars 1857)

..- Un ouvrier mineur du nom de Boccardi (Henry), âgé de 36 ans, a été renversé, à Marbache, sous des wagonnets qui ont déraillé et a eu la jambe droite brisée. On l'a transporté à l'hôpital Saint-Charles de Nancy, et l'amputation du membre a été jugée nécessaire.
(L'EST REPUBLICAIN du mercredi 6 avril 1870)

..- Le sieur Etienne Coudry, âgé de 48 ans, wagonnier à la mine de Marbache, est accidentellement tombé d'une hauteur de dix-sept mètres sur un wagon vide, et s'est tué sur le coup.
(Le Journal de la Meurthe et des Vosges du mercredi 20 juillet 1870)

..- On nous signale de Marbache la mort accidentelle, par suite de la chute d'un bloc de minerai, du nommé Gustave Hongardy, originaire de Belgique, travaillant à la mine de cette localité. Il était âgé de 23 ans.
(Le journal de la Meurthe et des Vosges du mercredi 12 juin 1872)

..- Le 17 courant, le nommé Jacquelin (Picard-Etienne), âgé de 42 ans, ouvrier mineur à Marbache, était à travailler dans son chantier avec les nommés Conder et Bruyer qui l'aidait à haver un bloc de minerai du poids de 200 kilogs environ, lorsque tout à coup ce bloc est tombé sur sa jambe gauche et l'a fortement contusionnée. Aussitôt ses camarades ont prévenu M. Gautherat, conducteur de la mine, qui a fait transporter le malheureux ouvrier chez lui où le docteur Claude, de Pompey, lui a donné les premiers soins.
..On pense qu'il sera au moins quinze jours sans pouvoir travailler.
(Le journal de la Meurthe et des Vosges du mardi 23 juin 1874)

..- Le sieur Guiber (Prosper), de Marbache, âgé de 20 ans, a eu le pied gauche broyé par un éboulement en travaillant dans une mine de minerai, il a été transporté à l'hospice de Pompey, où il a reçu les soins de M. le docteur Claude.
(Le journal de la Meurthe et des Vosges du mardi 5 janvier 1875)

..- Il y a Quelques jours, le nommé Prosper Guéler, ouvrier mineur à Marbache, était occupé sur son chantier, lorsque tout à coup un bloc de minerai se détacha de la voûte et lui broya le pied gauche.
..Il a été aussitôt transporté à l’hospice de Pompey, où il reçoit les soins nécessités par son état.
..Le médecin estime que cette blessure entraînera une incapacité de travail de près de trois mois.
(Le journal de la Meurthe et des Vosges du jeudi 7 janvier 1875)

..- Ces jours derniers, le nommé Quériot, domestique, âgé de 37 ans, ouvrier mineur, demeurant à Marbache, était occupé à déblayer du minerai dans une galerie, lorsque tout à coup un bloc vint à se détacher de la voûte et tomba sur le malheureux ouvrier qui eut la jambe et la cuisse fracturées. M. le docteur de la mine fit aussitôt transporter le blessé à l'hospice de Pompey, où il reçut les soins de M. le docteur Claude qui a déclaré que le malheureux ne reprendrait pas son travail avant quatre mois.
(Le journal de la Meurthe et des Vosges du mardi 20 mars 1877)

..- Marbache. - Blessure accidentelle au nommé Jean Dussac, mineur à Marbache. Oeil perdu par la suite d'un éclat de minerai.
(Le journal de la Meurthe et des Vosges du mardi 14 décembre 1880)

..- Le nommé Caro, mineur à Marbache, a été grièvement blessé par un bloc de minerai qui lui a fracturé la jambe droite.
(Le journal de la Meurthe et des Vosges du vendredi 4 novembre 1881)

..- Le nommé Pierre Bezzi, mineur à Marbache, se disposait à abattre un bloc de minerai du poids de 2,000 kilogs environ, lorsque tout à coup, ce dernier se détacha. Bezzi ne put l'éviter et eût le pied gauche broyé. M. le docteur Claude de Pompey, a déclaré que l'amputation d'une partie du pied serait nécessaire.
(Le journal de la Meurthe et des Vosges du samedi 11 février 1882)

..- Le nommé Charles Chirio, âgé de 19 ans, mineur à Marbache, a été atteint par un bloc de minerai du poids de 400 kil. environ qui lui a fracturé la jambe droite.
(Le journal de la Meurthe et des Vosges du mercredi 26 septembre 1883)

..- Le 27 août dernier, le nommé Gudin, âgé de 45 ans, ouvrier mineur à Marbache, était occupé dans une galerie de la mine dite la Chevreuse, lorsqu'un bloc de minerai se détacha subitement de la voûte, vint rouler sur les talons de Gudin et lui a mutilé le pied gauche. M. le docteur Claude de Pompey, appelé à soigner le blessé a déclaré qu'il ne pourrait reprendre son travail avant trois mois.
(Le journal de la Meurthe et des Vosges du 1er septembre 1885)

..- Le 8 janvier, vers 10 heures et demie du matin, un mineur nommé Pouilleux, âgé de 40 ans, demeurant à Marbache, travaillait à la mine dans la galerie n°10.
..Il venait de donner les premiers coups de pic à un bloc de minerai, lorsque tout à coup ce bloc du poids d'environ 4,000 kilog. s'est détaché et lui est tombé sur la tête.
..Le malheureux n'a jeté aucun cri, la mort a été instantanée.
..Pouilleux laisse une veuve et six enfants.
(Le journal de la Meurthe et des Vosges du jeudi 13 janvier 1887)

..Voici les détails sur l'accident mortel dont a été victime l'autre jour un jeune homme de 19 ans : Le sieur Alfred Paillot, mineur à Marbache, était occupé à conduire des wagonnets de pierres au plan incliné de la carrière de cette localité.
..Il omit de placer la barre de sûreté devant l'ouverture du monte-charge et tomba d'une hauteur de près de 18 mètres avec le wagonnet sur lequel il était monté.
..Paillot est mort après deux jours de souffrances.
..- Le nommé Louis Jacquet, mineur à Marbache, déjeunait avec deux camarades dans l'une des galeries de la mine. Soudain, un bloc de minerai du poids d'environ 100 kilos, se détacha du plafond et atteignit Jacquet au pied droit. Il eut le gros orteil broyé et dut être conduit à l'hôpital de Nancy.
(L'EST REPUBLICAIN du mercredi 8 février 1899)

..- M. Jean Gabriel, âgé de 25 ans, demeurant à Saizerais, travaillait dans une galerie de la mine de Marbache. Ayant engagé sa pince entre le plafond et un bloc de minerai, celui-ci tomba subitement. L'ouvrier ne put se garer à temps. Il fut atteint par l'extrémité de la pince qui lui fractura la cuisse droite.
..Relevé par ses camarades , Gabriel a été transporté à l'hospice de Pompey. L'incapacité de travail sera d'environ deux mois.
(L'EST REPUBLICAIN du samedi 17 juin 1899)

..- Le jeune Roger Barthélémy,âgé de 17 ans, travaillant à la mine, ayant été heurté par un wagonnet, tomba sur la voie. Deux véhicules lui passèrent sur la jambe droite, lui broyant le pied.
..Le blessé a été conduit à l'hôpital de Nancy, où il devra subir l'amputation.
(L'EST REPUBLICAIN du dimanche 1er mars 1914)

..- Hier matin, vers 10 h.30, un accident mortel s'est produit à Marbache.
..Un mineur, M. Serge Bachetta, 34 ans, mariè, père de 4 enfants, demeurant à Custines et travaillant à la mine de Marbache a été tué par suite d'un éboulement.
..Il a eut la tête fracassée par un bloc de minerai. Le procureur, ainsi qu'un médecin légiste ont procédé à une autopsie. La gendarmerie poursuit son enquête en vue d'établir les causes de ce tragique accident.
(LE REPUBLICAIN LORRAIN du jeudi 7 avril 1955)

 

 

cliquez pour revenir à l'accueil